Comme le chantait Eddy, oui il y a toujours un coin qui me rappelle... les moments que j'ai passé avec lui. Lors de la visite de nos amis, nous avions établi un planning afin de leur faire découvrir des sites ou des endroits encore méconnus pour eux. En élaborant ce programme en compagnie de l'homme de la maison, il y a volontairement des chateaux, des domaines, que j'avais "disons occultés" ..mais mon mari lui non !! et d'emblée sort de sa pile de cartes "le logis de la Chabotterie" déjà évoqué je crois dans le message précédent.

Il est vrai que ce site vaut le détour tant, pour l'histoire de la guerre de Vendée que pour la beauté du lieu, le parc et le jardin, mais voilà, c'est aussi le premier endroit que j'ai visité avec celui que je tente désespérément d'oublier...inutile de dire qu'une nostalgie certaine m'a envahie et malgré un sourire figé tout mon être ressentait une profonde tristesse. L'avantage est que nous ne découvrons pas la richesse historique de ce logis, au même rythme, je m'isolais tant bien que mal laissant mon esprit divaguer à loisirs sans que l'on remarque ma mine contrite.

Mes amis repartis à la date prévue, je suis allée rejoindre une amie aux Sables d'Olonne, heureuse de la retrouver, de passer une journée en sa compagnie, avant qu'elle ne reprenne le chemin de l'ile de France, de profiter enfin d'un soleil généreux, de déguster une bonne tarte au saumon accompagnée d'un verre de muscadet en terrasse face à la mer et ensemble, cela est si rare pour moi maintenant que nous avons élu domicile en Vendée, un pur moment de bonheur que j'ai savouré oh combien.

Une autre joie arrive dimanche, ma fille aînée et ses enfants, je n'ose plus dire mes petits enfants ils ont 20 et18 ans et me dépassent d'une tête au moins,  ce sont des pré adultes et là, un tourbillon infernal va s'abattre sur la maison ce sont mes "chic-ouf" longtemps baptisés mes "glus". 

Bon c'est pas le tout, mais après les courses, il faut à nouveau se remettre aux fourneaux et préparer les lits afin de les accueillir au mieux,  encore engranger des instants fabuleux et se les remémorer lorsque le blues frappera à nouveau.